Vous êtes ici

Une esthétique de la diversité : la Quatrième Continuation de Gerbert de Montreuil

Sébastien Douchet
Chapitre d'ouvrage
Études médiévales 7
2005
p. 88-101
n° ISBN: 
1760-253X

Le monde de la Quatrième Continuation est un monde divers, de profusion et de confusion. Sa représentation topographique, mais aussi les personnages qui le peuplent, Perceval, Gauvain aussi bien que Tristan sont d’une extrême ambiguïté et n’hésitent pas à se comporter selon des principes moralement douteux : mensonge, traîtrise caractérisent parfois les personnages les plus éminents de ce roman du Graal dont le héros doit pourtant s’amender pour se montrer digne de la sainte relique. Ce paradoxe n’est compréhensible que si on le ressaisit dans une perspective plus large qui est d’ordre esthétique : non seulement l’ambition littéraire de Gerbert de Montreuil semble être de vouloir dire le monde dans sa diversité, sa complexité et ses ambiguïtés, mais elle est également de fonder son écriture sur une esthétique de la diversité. En effet, on peut parler chez cet auteur d’une véritable réflexion sur ce qui est devenu un genre romanesque – la continuation – réflexion qui trahit une très grande virtuosité formelle. La continuation chez Gerbert devient un art subtil de la recomposition intertextuelle, une combinatoire concertée qui diversifie le sens de ses hypotextes avec l’ambition avouée d’en « refaire la letre ». A ce titre le roman de Gerbert témoigne d’une conscience précoce et très claire des formes et des traits spécifiques du genre romanesque en général, et de la continuation en particulier.
 

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer