Vous êtes ici

Du savoir du romancier à la pratique de l’écrivain, la vocation de l’artiste de Jean Santeuil à « Sur la lecture »

Jean-Marc Quaranta
Article dans les actes d'un colloque
Proust et les moyens de la connaissance, coll. Formes et savoirs
Directeur(s) de l'ouvrage: 
Annick Bouillaguet
Editeur: 
Presses universitaires de Strasbourg
2009
p. 17-28
n° ISBN: 
978-2-86820-378-6

Présentation de l'ouvrage :

Les relations qu'entretiennent les écrivains avec le savoir suscitent de plus en plus l'intérêt de la critique littéraire contemporaine. Pour les chercheurs dont les études figurent en ce recueil, il s'agissait moins d'étudier ces savoirs pour eux-mêmes (les objets, qui ne peuvent certes être ignorés) qu'in­ter­roger la manière dont Proust les a acquis avant de les disposer dans son oeuvre, qu'ils soient le produit de l'intelligence ou de l'expé­rience sensible (les processus). Comment cette connaissance s'est-elle construite ? comment a-t-elle été mise en ­fiction ? Les savoirs, de toute nature, ne se limitent pas aux arts, aux sciences, au droit, qui sont explorés ici. ils recouvrent également les apprentissages de la critique littéraire, de l'écriture romanesque, de la pensée philosophique, de la venue au théâtre... Quels ont été les maîtres ? les médiateurs ? L'analyse de l'oeuvre publiée est soutenue par celles des écrits de jeunesse, de la correspondance, et s'ouvre sur celle de la genèse.

Résumé de l'article :

Cet article revient sur la manière dont la lecture d’Écrivains et style, de Schopenhauer, marque à la fois une prise de distance de Proust avec la philosophie allemande et l’émergence d’une nouvelle vision du génie qui sera à l’œuvre dans la Recherche.

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer