Vous êtes ici

Ionesco, héritier du surréalisme

Marie-Claude Hubert
Article dans une revue
Mélusine, n°34, Le Surréalisme et les arts du spectacle
Directeur(s) de l'ouvrage: 
Sophie Bastien et Henri Béhar
Editeur: 
L'Âge d'Homme, Lausanne
2014
p. 155-166
n° ISBN: 
978-2825143957

L'exégèse du surréalisme se concentre essentiellement sur la littérature et sur les arts visuels, alors que ce courant culturel, le plus novateur du XXe siècle, a fécondé avec succès d'autres modes d'expression. Le présent dossier en témoigne : il porte sur le théâtre comme art scénique autant que comme genre littéraire, et sur d'autres arts du spectacle. Convoquant diverses approches, il fait se rencontrer deux professions qui trop souvent s'ignorent l'une l'autre : les critiques universitaires (dramaturges, théâtrologues ou spécialistes du surréalisme) et praticiens de la scène. Avant d'en venir au surréalisme historique, le premier tiers du dossier remonte aux siècles antérieurs, tant pour éclairer la pensée du groupe de Breton que pour retourner à ses sources esthétiques, en matière de représentation. Les deux derniers tiers se situent en aval du courant et s'étendent jusqu'à l'extrême contemporain, tout en couvrant un territoire qui embrasse l'Europe et l'Amérique du Nord ce qui atteste de l'ampleur du rayonnement de la scène surréaliste. Le vaste domaine du spectacle a accompli des réformes depuis une centaine d'années, qui portent leurs fruits. Plusieurs présentent des affinités avec le surréalisme. Des pratiques émergentes ressortent comme une voie que celui-ci avait ensemencée, où il se régénère sous des formes inédites. En somme, la fortune scénique du mouvement lui garantit un perpétuel renouvellement. Ce dossier spectaculaire est suivi des rubriques habituelles : Réflexion critique, Variété, Documentaires.

Aller sur le site de la revue.

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer