Vous êtes ici

Comités de suivi de thèse

Principes

Il est d’abord rappelé que l’instauration des comités de suivi de thèse est exigée sur le plan national par l’AERES. Toutes les Écoles doctorales de France sont tenues de mettre en œuvre ces comités, dont l’usage est désormais international. Notre École doctorale a délégué le soin d'organiser ces comités aux laboratoires de recherche. Il ne s’agit en aucun cas de juger le travail d’encadrement du directeur de thèse ; c’est le doctorant qui est au centre de ce dispositif. Le comité ne saurait se substituer à la direction scientifique de la recherche : il apporte un regard extérieur sur le travail du doctorant, dont il mesure l’avancement. Il le conseille, le cas échéant, sur sa manière de travailler et d'aborder les échéances à venir (rédaction, fin de thèse, débouchés professionnels).

Composition

Le directeur de thèse ne participe pas au comité, qui est composé de trois chercheurs ou enseignants-chercheurs habilités. La composition du comité est supervisée par   un responsable des comités de suivi de thèse élu par le conseil de laboratoire. 

  • Un des membres est proposé par le doctorant
  • Un des membres est proposé par le directeur de thèse
  • Un des membres est nommé par le responsable des comités de suivi de thèse

La responsable des comités de suivi de thèse du CIELAM est Valérie Naudet.

Préparation

Le responsable des comités de suivi de thèse désigne pour chaque comité de la session dont il est responsable un rapporteur. Le doctorant fournit aux trois membres un document de 20 à 30 pages, qui consiste soit en un chapitre de thèse soit en un rapport de recherche. A l’issue du comité, le rapporteur remet au responsable un bref rapport (une à trois pages) qui est communiqué à l’Ecole doctorale, au Cielam et au doctorant. Le responsable tient un registre des comités de suivi de thèse, de leur date et de leur composition.

Session

Le Cielam organise deux sessions par an pour ces comités. 

Quels doctorants ?

Désormais tous les doctorants sont astreints à passer devant un comité de suivi de thèse, en fin de 2e année ou en 3e année de thèse. Le rapport du comité de suivi de thèse sera un élément d’appréciation pour les réinscriptions dérogatoires, au-delà des trois ans réglementaires, ou des six ans pour les doctorants qui exercent une profession.

Information administrative

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer