Vous êtes ici

« Et l'auteur anonyme n'est pas un lâche... » Diderot, l'engagement sans le nom

Stéphane Lojkine
Article dans une revue
Littératures classiques Nº80 (1/2013)
Directeur(s) de l'ouvrage: 
B. Parmentier
Editeur: 
Armand Colin
2013
p 249-263
n° ISBN: 
9782200928582

En 1770 paraissait, sans nom d’auteur, une Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, dont l’abbé Raynal était le maître d’oeuvre, mais n’était pas l’auteur unique. Diderot notamment y avait collaboré pour près d’un tiers. L’ouvrage a un immense succès et est très vite réédité, malgré une première condamnation en 1772 et une mise à l’index en 1775. Raynal récidive en 1780 avec une version plus virulente encore, qu’il signe cette fois et accompagne de son portrait en frontispice. Le scandale éclate et la Correspondance littéraire, alliée naturelle des philosophes, inaugurée par Grimm auquel désormais Meister est associé, se désolidarise de Raynal. Grimm lui oppose un dilemme : « Ou vous croyez que ceux que vous attaquez ne pourront se venger de vous, et c’est une lâcheté de les attaquer ; ou vous croyez qu’ils pourront et voudront se venger ; et c’est une folie que de s’exposer à leur ressentiment ». Diderot réagit violemment à ce dilemme et prend la défense de Raynal contre Grimm, son ami de trente ans : c’est la Lettre apologétique de l’abbé Raynal, qui pose les principes de l’engagement politique du philosophe des Lumières, au-delà de l’exigence humaniste de la postérité. Se pose alors la question de l’engagement sans le nom, qu’on se propose d’étudier dans le présent article.

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer