Vous êtes ici

Si ne pot li rois dormir. A propos de l’insomnie du roi dans la Première Continuation

Sébastien Douchet
Article dans les actes d'un colloque
Perspectives médiévales, vol. 32, "Sommeil, songes et insomnies"
Directeur(s) de l'ouvrage: 
Christine Ferlampin-Acher et Denis Hüe
Editeur: 
Société de langues et de littératures médiévales d'oc et d'oïl
2008
p. 247-268
n° ISBN: 
2262-5534

Motif rare de la littérature romanesque médiévale, l’insomnie, prend un relief encore plus intéressant lorsque qu’elle frappe le roi Arthur et ouvre à une séquence d’apparition de la merveille. Cet article consacré à la Première Continuation démontre que, loin d’être un symptôme psycho-pathologique, l’insomnie royale signale une perturbation dans le mode de production romanesque et donne à voir ce qui gît dans le sommeil de la fiction et les coulisses de la narration : un incessant travail de manipulation des personnages et des lecteurs afin de permettre à la fiction de fonder le réel et à la merveille de se mêler au monde des hommes loin des mirages faciles de l’onirisme littéraire.

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer