Vous êtes ici

Atelier de recherche en création littéraire, 5 et 6 février 2015

Atelier de recherche en création littéraire : Fonder les bases, dégager des orientations, ouvrir d’autres perspectives disciplinaires

5 et 6 février 2015 , resp. Jean-Marc Quaranta

Participants

Participants AMU :

Sara Greaves (MCF) (LERMA/LTRT)

Jean-Marc Quaranta (CIELAM) co-porteur du projet

Marie-Laure Schultze (LERMA/LTRT) co-porteuse du projet

Participants extérieurs :

Isabelle Serça, Professeur à l’ université de Toulouse Jean-Jaurès

Marie Joqueviel Bourgea (MCF HDR), université Paul-Valéry Montpellier III

Carole Bisenius-Penin (MCF), université de Nancy-Metz

Vincent Message (MCF), université Paris 8

Anne Paupe (MCF), université Paris 13

Anne-Marie Petitjean (MCF), universités de Rouen et de Cergy-Pontoise

Participants étrangers :

Marc-André Brouillette (Pr) UQUAM, Montréal

Natalia Hristova (MCF) St. Climent Ohridski, Sofia,

 

Tous les enseignants chercheurs extérieurs pressentis n’ont pas pu faire le déplacement, mais chaque université et chaque laboratoire impliqué dans la recherche en création littéraire a tenu à être représenté par un de ces membres.

Pour AMU, Nathalie Bonnardel (Psyclé), contactée trop tard (à l’occasion des premières rencontres Humanités– Entreprises), n’a pas pu être présente mais avait donné son accord de principe pour une participation à un projet commun ANR. Ses recherches en ergonomie de la créativité ont été rapidement présentées au cours de l’atelier.

Les deux enseignants-chercheurs étrangers apportaient le regard extérieur, pour l’un d’un chercheur québécois, pays où la création littéraire est enseignée depuis de nombreuses années, pour l’autre d’un chercheur d’Europe centrale où le modèle français de l’enseignement et de la recherche en création littéraire est vu comme une alternative au modèle américain. Natalia Hristova a également déposé une demande de bourse IMéRA qui témoigne de son intérêt pour notre université.

Sabeha Benmansour (MCF HDR), Université de Tlemcen (Algérie), n’a pu faire le déplacement non plus mais a suivi les travaux. Son implication permet l’ouverture sur une autre zone géographique où la culture française est traditionnellement présente. Son absence n’empêche pas le prolongement de notre collaboration dans un partenariat Hubert Curien Tassili pour 2016.

Nous avons également été contactés, à la suite de l’Atelier, par Laure Limongi, coordinatrice du Master « Lettres et Création littéraire » du Havre pour l’école d’art du Havre, en vue d’une prochaine collaboration.

Blog de préparation

L’atelier a été préparé à partir du mois de novembre 2014 grâce au blog: http://atelierrecherche.canalblog.com/
Chaque participant était appelé à déposer une brève contribution ; le blog a reçu 22 contributions accompagnées de commentaires.

Une proposition d’hétérautoportrait d’animateur-chercheur-écrivain-enseignant a également été postée sur le blog pour favoriser une présentation des participants sous forme de création littéraire, puisque c’est là une des spécificités du métier d’animateur universitaire : il produit des écrits académiques et des écrits littéraires.

Un questionnaire détaillé et structuré (24 items) permettait à chacun de préparer et de mettre en ligne sa présentation.

Le blog a permis de gagner du temps dans les phases de présentation et de problématisation. Il a également contribué à former un groupe, matérialisant en amont ce format spécifique de rencontre entre chercheurs qu’est le workshop, format qu’il a fallu souvent préciser et expliquer aux collègues habitués au format colloque ou journées d’études.

Le blog a bénéficié de l’intérêt suscité auprès des collègues par le Marathon de l’écriture organisé les 3-5 avril 2014 dans le cadre du colloque AMU / CIELAM «Former aux ateliers d’écriture à l’université, vingt ans après: métamorphoses, pratiques, perspectives ».

Le workshop s’est par ailleurs avéré un format particulièrement pertinent pour des chercheurs-animateurs habitués à animer eux-mêmes des ateliers d’écriture à l’université, notamment pour des co-animateurs enseignants-chercheurs, ainsi que le veut par exemple la tradition des « Journées Portes Ouvertes » du DU de Formation à l’Animation d’Ateliers d’écriture d’AMU, et comme ce sera fait lors du colloque AMU sur Giono en septembre 2015. Ces allers- retours continus entre recherche, création et praxis du faire-faire / faire-écrire sont une spécificité du champ de recherche en création littéraire et le dote d’un rayonnement et d’une polyvalence exceptionnels.

Journée du 5 février

Ce premier jour a été consacré à poursuivre la présentation des différents participants et à dégager les attentes des participants vis-à-vis du workshop et de ses possibles prolongements.

Des lignes de force et de partage sont apparues à propos du champ de la création littérair  : elles séparent ceux qui, conformément au modèle américain et canadien, pensent que la création littéraire n’a pas à s’envisager selon les principes de la recherche et ceux, c’est le modèle français, pour qui la création littéraire doit faire l’objet d’une recherche spécifique et intégrer l’apport des autres disciplines : études littéraires, en langues et linguistique, ergonomie de la créativité, psychologie cognitive, notamment.

S’est posée également la question de la forme à donner à cette recherche qui peut aller de la création à la contribution classique (article) en passant par la recherche-création. Ce débat revêt un sens particulier à un moment où vient d’être créé le doctorat de « Théorie et pratique de la création littéraire », renommé récemment « Pratique et théorie de la création littéraire ». Il pose la question centrale de l’écriture de la recherche en sciences humaines et de l’obsolescence possible des divisions scolastiques, notamment entre les sciences et les arts – pour exemple, l’ouvrage récent (sept. 2014) d’I. Jablonka, L’Histoire est une littérature contemporaine, aux éditions Le Seuil.

Les débats ont duré jusqu’à 19h30.

Journée du 6 février

Cette deuxième journée a été consacrée à une définition des termes et à l’élaboration d’un pré-projet, dans la perspective d’une future soumission de projet devant l’ANR.

L’impact de l’atelier de recherche peut se décliner selon trois axes : la construction d’un champ disciplinaire émergent, la consolidation d’un réseau, l’élaboration de projets de financement.

La construction d’un champ disciplinaire émergent : comme cela a été exposé plus haut, cet atelier a été l’occasion de définir différentes postures pour articuler recherche et création littéraire. En outre, pour donner une dimension institutionnelle à cette discipline naissante, la perspective est de l’inscrire dans les axes des laboratoires et, dans un premier temps, dans l’axe stylistique à Toulouse et à AMU (CIELAM).

La consolidation d’un réseau et l’organisation de manifestations : à l’issue de l’atelier, Violaine Houdart-Mérot (Pr Cergy-Pontoise, absente) a proposé de le prolonger en ajoutant une journée de travail en groupe restreint au colloque qui se tiendra en novembre à l’Université de Cergy-Pontoise. Cette journée servira de relais entre le Workshop et un dépôt de projet ANR, avec peut-être une journée d’étude à AMU au printemps 2016.

L’élaboration de projets de financement : l’atelier a permis de dégager plusieurs axes pour un projet ANR. Cet atelier, inscrit dans l’histoire des ateliers d’écriture dans notre Université, donne à AMU une légitimité reconnue par tous les participants pour monter ce type de projet et fédérer les EC travaillant dans ce domaine.

Retombées UFR et AMU : notre université est dans le domaine de la création littéraire dans une situation paradoxale. Elle souffre de ne pas avoir encore de Master en création littéraire, alors même qu’elle possède le plus ancien diplôme dans ce domaine, la seule licence de création littéraire et le doctorat en théorie et pratique de la création littéraire.

Cet atelier a permis de montrer son dynamisme par le co-portage du workshop par deux laboratoires (LERMA et CIELAM) ; il a confirmé le rôle moteur d’AMU et de l’UFR ALLSH dans ce domaine.

Le caractère novateur de notre démarche sur le plan national et international est clairement apparu. Enfin, un effet très important est la création d’un maillage sur la création en écriture autour de quatre laboratoires le CIELAM, le LERMA, PSYCLé et le LPL.

Un prolongement naturel serait l’organisation d’une journée d’étude au printemps 2016 pour contribuer à finaliser le projet ANR.

Perspectives pour une recherche en création littéraire à l’issue de l’atelier

Définir une terminologie : recherche sur la création en écriture / écritures de création / écriture créative ?

Définir des champs dont est issue, historiquement, la recherche naissante en création littéraire :

  • champs de recherche : thématiques et évolution des modes d’écriture ;

  • domaine pédagogique : quels ateliers (conditions d’animation), quelles consignes d’écriture, quelles thématiques ;

  • didactique : comment enseigner les lettres dans les universités françaises, afin notamment de faire face à la crise de recrutement ;

  • créativité et cognition du langage : définir ce champ émergent par l’intervention d’autres disciplines dont le regard peut aider à le constituer et à le légitimer.

Axes du projet

Le projet couvre un champ qui va de l’accès à l’écriture sous sa forme de création à l’étude des mécanismes de créativité linguistique d’un point de vue ergonomique et cognitif.

▪ Axe 1 – épistémologie, Terminologie : baliser le champ théorique, distinguer les ateliers d’écriture (dispositifs, déblocage, venue à l’écriture) de l’écriture créative (dans des champs plus thérapeutiques) de la création littéraire, ou de l’écriture artistique (former des écrivains, des éditeurs). Fabrique de la littérature contemporaine : Auteurs, étudiants-écrivains, formation, débouchés pour cette recherche en création littéraire.

▪ Axe 2 – Création et institutions : place de la création dans l’institution, reconnaissance de la création par l’institution, la création littéraire comme lieu de connaissance (la création artistique, la fiction sont des lieux de savoir) ; évolution actuelle des paradigmes parce que change le regard sur la littérature. Travail d’anticipation de ce que seront les études de lettres dans dix ans.

▪ Axe 3 : approche ergonomique et cognitive des mécanismes de création littéraire. Cette approche aide à définir le champ spécifique de la création littéraire par les regards croisés de deux disciplines, l’ergonomie de la créativité (pour ce qui relève de la création) et la cognition du langage (pour ce qui relève du littéraire).

Calendrier prévisionnel et réseau de recherche

Appuyé sur le réseau « Pratiques d’écriture créative à l’université » de Cergy-Pontoise et sur celui, plus resserré, créé à l’occasion du Workshop / Atelier de la recherche en création littéraire, ce calendrier organise les prochaines étapes de la mise au point d’un projet de financement ANR.

Février 2015 : Atelier/Workshop de la création littéraire (AMU) ;

Novembre 2015 : Journée « Recherche et Création Littéraire » en prolongement du colloque de Cergy-Pontoise

Mars 2016 : dépôt du Partenariat Hubert Curien Tassili (AMU-Tlemcen) ;

Mai-Juin 2016 : Journée d’étude sur La recherche en création littéraire (AMU, à mettre en place)

Octobre 2016 : dépôt d’un projet ANR porté par AMU :

Production-réalisation d’un livrable, le Dictionnaire européen, historique, critique et prospectif de la création en écriture.

Manifestation Cielam

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer