Vous êtes ici

La Pensée ininterrompue du Mexique dans l’œuvre de Le Clézio

Annick Jauer
Karine Germoni
Direction d'ouvrage
Editeur: 
Presses Universitaires de Provence, Aix-en-Provence
2014
126 p.
n° ISBN: 
978-2853999496

En 2008, dans son discours à l’Académie de Stockholm, Le Clézio dédie son prix Nobel à Elvira, la conteuse de la forêt des Emberas, qui l’a initié, dit-il, à une communion authentique avec le mythe et avec l’art. Elvira est en fait la représentante de ces Amérindiens dont le jeune écrivain a quelque temps partagé la vie, et auxquels il reconnaît, outre cette proximité avec les mythes, un système de communisme primordial, un profond dégoût pour l’autorité, et une tendance à l’anarchie naturelle. Toute l’œuvre de Le Clézio est en réalité nourrie de cet imaginaire mexicain et amérindien, sorte de « pensée ininterrompue du Mexique », où cet espace particulier n’est autre que l’espace de l’origine et, par là, de la vérité : c’est l’espace des vrais lieux, des vrais visages, l’espace d’une parole vraie, intégrant le silence, à l’image de la parole poétique. Les lectures réunies ici proposent d’approfondir
l’étude du caractère central de cet espace de l’imaginaire leclézien.

Aller sur le site des PUP.

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer