Vous êtes ici

Le Fil d’or de Blonde Esmerée

Adeline Duperray-Richard
Article dans les actes d'un colloque
La Chevelure dans la littérature et l’art du Moyen Âge
Directeur(s) de l'ouvrage: 
Chantal Connochie-Bourgne
Editeur: 
Presses universitaires de Provence
2004
p. 325-337
n° ISBN: 
9782853995672

Ce volume rassemble les 27 contributions des Actes du colloque du CUER MA (2003) dans divers domaines de la civilisation du Moyen Age : littérature, peinture, médecine, hygiène, cosmétique, mode, religion... Il n'est de chevelure qu'humaine.

Située au chef du corps, elle est métonymique de celui ou celle qui l'offre naïvement aux regards ou bien en joue ou encore la couvre ou s'en prive. Sa couleur, la façon dont elle est arrangée ou dérangée, ornée ou tondue, sont des signes qu'on perçoit d'emblée ou qu'il faut interpréter. Elle dénote une nature, un âge, une appartenance au monde de la lumière ou des ténèbres.

Fixée en boucles menues, retenue par une tresse, galonnée d'or, sagement (ou follement !) couverte, teinte ou postiche, déployée, déferlant parfois jusqu'aux pieds pour couvrir la nudité, sauvagement ébouriffée, arrachée en signe de deuil, rasée, blessée d'une tonsure, elle signale le rapport que l'individu entretient avec les normes de la société a laquelle il appartient. Parfois il suffit d'un cheveu (d'or !) pour dire l'amour d'une Dame ou, métaphoriquement, les subtilités d'un art d'écrire.

Texte intégral.

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer