Vous êtes ici

Du parchemin au numérique

Cet axe transversal fusionne les axes « Patrimoine » et « Diffusion du savoir » développés jusqu’en 2017. Il a pour responsable Valérie Lauze. Il regroupe les projets de recherche et les actions liées à l’écriture sous toutes ses formes : écritures anciennes avec le manuscrit médiéval ; brouillons d’écrivains pour les périodes modernes ; écritures sur écran avec le numérique contemporain. Le support de l’écriture conditionne tout d’abord la présentation du texte, mais il influence également l’évolution des genres littéraires ; il est un objet privilégié pour les regards croisés, les approches interdisciplinaires. Cet axe a vocation à se développer en collaboration avec la Cellule Culture et Patrimoine Scientifique d’AMU, qui promeut la diffusion du savoir auprès du grand public et des scolaires. Il ne doit pas se comprendre simplement comme l’étagement chronologique des supports successifs de l’archive, le numérique étant un outil de compréhension du parchemin, tandis que dans ce dernier le texte forme dispositif avec l’image. L’enjeu consiste à structurer les actions en projets de recherche comportant étude du patrimoine littéraire (fonds anciens et précieux, manuscrits, archives), valorisation de ce patrimoine auprès des chercheurs et du grand public (dont le public scolaire) et réflexion sur la place du patrimoine immatériel formé par la littérature à l’ère du numérique.

Mazarinades 

Le groupe 16-18 du CIELAM, grâce à un contrat doctoral financé par la région PACA en 2015, travaille à la valorisation du fonds patrimonial aixois des mazarinades (littérature pamphlétaire politique de l’époque de la Fronde au XVIIe siècle). Il se rattachait à l’origine au projet plus vaste de PALIPACA (Patrimoine Littéraire en région PACA) qui n’a pu aboutir mais les recherches réalisées depuis à la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence ont trouvé un nouvel essor en s’associant aux Recherches Internationales sur les Mazarinades (RIM). Le projet initié en 2011 par Patrick Rebollar (Université Nanzan, Nagoya) et Tadako Ichimaru (Université Gakushuin, Tokyo) au Japon a commencé après la découverte fortuite de mazarinades dans les fonds de la bibliothèque de Tokyo. Cette collection entière ayant été numérisée et cataloguée, le site des RIM administré par Patrick Rebollar fait désormais référence en termes de recherches sur les mazarinades et ce dans une optique pluridisciplinaire puisque ces pamphlets touchent autant aux domaines historiques, littéraires, linguistiques que juridiques mais intéressent encore les chercheurs du monde de l’édition, etc. Le nouvel enjeu de partage des fonds de mazarinades des divers lieux de leur conservation (bibliothèques, archives, collections privées…) implique une approche numérique de ces pièces imprimées, manuscrites ou iconographiques dont on trouve déjà de nombreuses références (2 700 pièces, 15 millions de mots) sur le site des RIM (http://mazarinades.org/). Le partenariat de recherche établi entre AMU, par le biais du CIELAM, et la bibliothèque Méjanes a également permis de numériser et cataloguer plus de 1300 pièces appartenant à un corpus singulier et étendu du fonds aixois de mazarinades. Il sera ainsi disponible pour consultation et recherche sur le catalogue numérique de la Méjanes comme sur le site de la bibliothèque numérique patrimoniale de la BU d’AMU, Odyssée. Le projet de numérisation des différentes collections de mazarinades en France comme dans le monde doit permettre de faciliter le partage des découvertes et avancées des travaux des chercheurs travaillant en constellation et ce dans l’optique de pérenniser leurs activités et de les transmettre aux générations futures.

Littérature des voyages

Le groupe 16-18 du CIELAM collabore étroitement avec le Centre de Recherches sur la Littérature des Voyages (www.crlv.org) dont il est en train d’opérer la translation. Le Centre de Recherche sur la Littérature des Voyages (CRLV) a été fondé en 1984 par François Moureau, professeur de littérature française du XVIIIe siècle (université Paris IV) et son directeur actuel est Philippe Antoine, professeur de littérature française à l'université Blaise-Pascal, Clermont II. Fondamentalement pluridisciplinaire comme son objet scientifique l'y invite, le CRLV regroupe des spécialistes de diverses littératures, des historiens, des historiens de l'art et des ethnologues. Le CRLV étudie la littérature des voyages dans ses divers aspects : documentaire, esthétique et idéologique. Une large place est consacrée à la «fiction» utopique. Le domaine est donc balisé du simple «carnet de voyage» aux «voyages extraordinaires». Sans néanmoins se limiter à ce seul secteur, le CRLV est spécialisé dans la production de l'Âge classique Il s'agit de la formation la plus «universelle» existant en Europe sur le sujet. Des liens de coopération internationale ont été tissés au cours des ans avec le CIRVI italien de Turin (Centre Interuniversitaire de Recherche sur le Voyage en Italie), le plus ancien des laboratoires spécialisés, avec le Centre de Recherches néo-helléniques d'Athènes et avec diverses institutions françaises et étrangères dont l’Institut de Recherche sur les Civilisations de l’Occident moderne (IRCOM) de la Sorbonne. Dans le secteur de la production électronique, le CRLV gère le site web qui porte son nom où l’on trouve un Répertoire des chercheurs, une Lettre du voyageursemestrielle de littérature secondaire, une Base de données viatique(bibliographie primaire) et une Encyclopédie sonoreregroupant conférences de séminaires et communications de colloques. Un programme nouveau de Répertoire d'Images Viatiques(RIVES) a été ajouté en 2002. Les Forums sont accessibles à tous ceux qui souhaitent diffuser une information. Un moteur de recherche permet sans difficulté de retrouver celle-là. Dans le domaine de l’édition traditionnelle, le CRLV a animé de 1986 à 1997 la collection «Littérature des voyages», dont de nombreux volumes ont paru chez Champion-Slatkine (Paris-Genève), et, depuis 2000, il nourrit la collection : «Imago mundi» des Presses de l’Université de Paris-Sorbonne (PUPS).

EPHEMERE

Ce projet se situe dans la continuité du projet COMMEDIA (Couleurs dans les manuscrits médiévaux, 2015/2017, en collaboration avec le laboratoire MADIREL), qui portait sur le manuscrit 1800 de la Bibliothèque d’Aix-en-Provence. La miniature du folio 6 pourrait avoir été réalisée dans l’atelier parisien de Maître François, célèbre enlumineur du XVe siècle. L’étude des pigments d’un manuscrit viennois de Maître François, « jumeau » du manuscrit aixois, permettrait d’étayer ces hypothèses. Ces recherches sur le manuscrit 1800 de la Bibliothèque d’Aix-en-Provence ont donné lieu à des présentations lors des différentes actions de la Culture Scientifique d’AMU (Nuit des Chercheurs, Fête de la Science, Forum Culture Science, etc.), et ont donné naissance à deux objets de culture scientifique : un livre numérique de très grand format, pour projeter des images du manuscrits ; un fac-similé du manuscrit, pour donner à voir la matérialité du codex.

Participation à La main et l’écrit

Des doctorants et chercheurs du CIELAM participent à l’atelier doctoral “La Main et l’Écrit” qui entend initier les étudiants d’Aix-Marseille Université (doctorants, Master Pro et Recherche) à la diversité des écrits produits dans l’Histoire et aux différentes approches scientifiques. Il vise à lier la théorie et la pratique en valorisant les travaux de recherche des chercheurs et enseignants chercheurs d’AMU et le patrimoine des bibliothèques et archives de la région qui sont partenaires. Les différentes sessions sont organisées par Elodie Attia dans le cadre du projet ANR MBH (Manuscripta Bibliae Hebraicae). 3 octobre 2017 : « Approches et méthodes pour l’étude des sources écrites » ; 4 et 5  2018 « La graphie. Écrire, avec quoi, comment, pourquoi ? ».

Projet sur les herbiers du Moyen Age à nos jours 

en partenariat avec le Muséum d’Histoire Naturelle d’Aix, la Bibliothèque d’Aix-en-Provence et la Bibliothèque universitaire de Marseille Saint-Charles. Deux possibilités pour le projet : PATRIMOINE ECRIT (PAPE) Cet appel à projet du Ministère de la Culture vise à promouvoir le patrimoine écrit sous toutes ses formes : http://www.patrimoineecrit.culture.gouv.fr/pape.php ; LE LIVRE ET LA LECTURE PUBLIQUE Cet appel à projet diffusé auprès des bibliothèques publiques s’ouvre avec la question suivante : « Comment développer la médiation du livre de science et de la culture scientifique auprès d’un large public » http://www.livre-paca.org/dazibao/appel-a-initiatives-sciences-en-bibliothegraveque-2224

Lire en Europe aujourd’hui (LEA !) : Projet (2018-20)

Le CIELAM est partie prenante du programme européen LEA ! « Lire et écrire des textes littéraires à l’époque des humanités numériques / Reading in Europe today – Reading and Writing Literary Texts in the Age of Digital Humanities »(resp. pour le CIELAM Claude Pérez).Grâce à l’action Erasmus+ Partenariat stratégique, le groupe LEA a obtenu une subvention pour mener à bien pendant trois ans son projet sur les stratégies de lecture et d’édition des textes littéraires et critiques. Le dossier a été déposé par l’Université catholique Pázmány Péter de Budapest. Pendant les trois ans du déroulement du projet, les chercheurs français, portugais, espagnols, luxembourgeois, belges et hongrois de 13 universités européennes, membres du groupe LEA, cherchent à savoir quelles nouvelles stratégies de lecture se créent, quelles nouvelles méthodes innovatrices peuvent être appliquées pour populariser la lecture si indispensable à l’enrichissement des expériences de vie dans notre univers de la communication bombardé d’images.

Le logiciel RAS (Rich Annotator System ©), élaboré par l’Institut des Sciences informatiques de l’Académie hongroise des Sciences, rend possible l’édition numérique des textes dont il propose une lecture à plusieurs couches, des lectures dirigées, des lectures enrichies (Rich Reading ©). À l’aide de cette application il est possible de réaliser des éditions qui, d’une part, présentent en dialogue les œuvres littéraires, les analyses et les études qui en parlent, d’autre part, proposent des lectures dirigées des textes littéraires eux-mêmes. Le projet vise à élaborer des méthodes d’interprétation qui s’adaptent aux nouveaux usages numériques pour aider les jeunes à devenir des lecteurs stratégiques. Les compétences acquises grâce à la lecture active, compréhensive et ouverte aident dans les  activités sociales, dans les situations relationnelles, dans le travail d’équipe, dans l’apprentissage des langues, dans la communication, dans la solution des problèmes, etc. La lecture, surtout celle de la littérature, se base sur des technologies diverses de partage, et l’écriture en est une condition préalable. La lecture est un processus de compréhension actif et créatif, une opération cognitive qui établit nécessairement un rapport de mutualité et de coopération. Pendant le déroulement du projet, lors des séminaires et des workshops, les enseignants-chercheurs et les doctorants réunissent le corpus qui donnera corps, grâce au logiciel RAS, au produit intellectuel.

Festival « Les Carnets » de la Roque d’Anthéron

La prochaine édition du Festival « Les Carnets » aura lieu les 29-30 juin et 1er juillet 2018 à La Roque d’Anthéron (Provence). Elle réunira des amateurs de carnets, cahiers et autres journaux littéraires : diaristes, écrivains, écrivains-voyageurs, carnettistes, blogueurs, etc. Le CIELAM est partenaire de cette manifestation littéraire. http://festivalcarnets.com/

Création d’un jeu : « CODEX, la course au manuscrit »

Il s’agit  d’un jeu autour du manuscrit, son contexte et ses formes, destiné au grand public(porteur Elodie Burle-Errecade). Ce projet est le fruit des recherches scientifiques menées par le CUER MA sur le livre médiéval et des avancées antérieures de l’axe Diffusion du savoir en matière d’ouverture vers le public et de valorisation de la recherche. Ce jeu de plateau sera destiné à tester de façon sérieuse et ludique les connaissances acquises sur la période médiévale autour d’un objet, le manuscrit, qui la représente tout particulièrement dans ses spécificités. Il s’agira d’observer la fabrique du livre médiéval. C’est un angle privilégié pour interroger la réalité de la société médiévale occidentale dans des aspects aussi divers que la nature des supports d’écriture, les techniques de graphie, de copie et d’imprimerie, la fabrication des pigments et leur utilisation, les lettres, les mots, leur organisation et leurs sens, les histoires et leurs illustrations, et enfin la perception de la complexité du monde entre science et fantasme. Si la première et indispensable étape de ce projet est un jeu traditionnel de plateau, des développements vers le jeu vidéo et les Escape games sont envisagés.

Application sur les contes. Tale - Chaque récit est un voyage

Tale est né d’une réflexion autour de la disparition de l’un des trésors de l’humanité : la tradition orale et son rôle de transmission de l’imaginaire et des valeurs universelles. Conscient que l’essor du numérique risque de mener à une standardisation des récits, Taleoffre un espace privilégié pour sauvegarder la diversité culturelle.  En connectant les nouvelles technologies et les contes, fables et légendes, Taleréinvente le moment privilégié de la transmission d’histoires entre générations. Tale adopte le format magazine. Chaque mois, ce sont trente nouveaux contes réunis autour d’une thématique forte qui sont proposés aux lecteurs. Chaque numéro prend la forme d’un carnet de voyage, symbole du parcours de découverte des contes.  Tale est la première application lié aux récits à profiter autant des fonctionnalités qu’offre les smartphones et tablettes. Le support digital permet d’intégrer textes, sons et images dans une expérience multidimensionnelle et immersive afin de profiter pleinement des récits.  Outre un design intuitif, Talepropose une mise en page dynamique des textes, des illustrations interactives en réalité virtuelle, visibles avec ou sans casques, des pistes audios contenant la voix du conteur et les sons d’ambiance. Parmi les enseignants-chercheurs du CIELAM, les spécialistes des contes et légendes pourront travailler au choix des textes originaux et des traductions, dans le respect de la transmission des sources orales.

Utpictura18

L’axe « Du parchemin au numérique » s’inscrit dans la dynamique ouverte dès 2001 par le projet Utpictura18 (resp. S. Lojkine), avec le soutien du CNRS et de la Région Languedoc-Roussillon, dont l’enjeu est d’étudier les relations entre texte et image du moyen âge jusqu’aux Lumières. Pour cela, une base de données iconographiques a été constituée, dont le contenu se développe au rythme de 1 000 notices par an (15 688 notices en ligne en avril 2018) : les images font l’objet d’une indexation (auteur, sujet, date, objets, dispositifs, localisation) qui permet de circuler aisément au sein de la base de données et garantit une excellente visibilité via les moteurs de recherche internationaux (entre 1000 et 2000 visiteurs par jour). L’indexation détaillée des sources textuelles permet l’utilisation du matériau iconographique pour l’analyse littéraire. Les points forts du corpus sont la peinture du XVIIIe siècle (notamment les oeuvres décrites par Diderot dans les Salons) et le livre illustré du XVIe (éditions de l’Arioste) au XVIIIe siècle. Le site est hébergé par l’université Paul-Valéry Montpellier III, l’université Toulouse-Jean Jaurès, et l’université d’Aix-Marseille. Le projet a reçu le soutien scientifique de la Société Diderot et de la Société française d’étude du XVIIIe siècle. Une convention de partenariat a été signée avec les universités de Paris-Ouest Nanterre et de Paris-Sorbonne. Utpictura18 a été présenté au séminaire Humanités numériques du programme de Rencontres Sciences et Humanités de  l’IMéRA (resp. P. Livet) en mars 2018.

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer