Vous êtes ici

Jean-Claude Gorjy, ‘Ann’ Quin Bredouille (1791-1792), édition critique

Huguette Krief
Edition de texte
Age des Lumières, n°64
Editeur: 
Honoré Champion
2012
600 p.
n° ISBN: 
978-2-7453-2273-9

Jean-Claude Gorjy est un brillant héritier du romancier anglais, Laurence Sterne. Son roman ‘Ann’ Quin Bredouille ou le cousin de Tristam Shandy (1791-92), quelque peu négligé par la critique, le range parmi les précurseurs de notre modernité, avec Rabelais et Diderot. Monarchien réformateur, Gorjy se sent dépassé par les événements révolutionnaires après la fuite du roi à Varennes. Pour lui, l’Histoire n’a plus de sens ! Aussi va-t-il livrer un récit allégorique, décousu et loufoque des premières années de la Révolution. Des interrogations s’y expriment sur la liberté, la souveraineté nationale, le droit à l’insurrection, les violences populaires, le système monarchique, le statut de l’écrivain, le langage de la Révolution. L’originalité de l’œuvre s’affirme d’entrée de jeu avec une étonnante préface qui présente un amas de signes typographiques, imprimés sur une feuille blanche. Le romancier entraîne son lecteur dans un jeu énigmatique et drôle. Face aux conventions littéraires et à un discours politique dominant, le roman de Gorjy mime l’effondrement du monde de la cohérence.

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer