Vous êtes ici

Appel à communication, colloque « Roman rose / Roman noir. Territoires hétérogènes de la fiction », 23-25 mars 2017, date limite : 31 août 2016

Inscription au colloque ici.

Colloque SATOR, Aix-en-Provence et Saumane, 23-25 mars 2017

Ce colloque est une initiative du projet CRISIS Territoires hétérogènes du roman policier, piloté par le CAER et le CIELAM.

Du 23 au 25 mars 2017 à Aix-en-Provence, la SATOR (Société d’analyse des topiques romanesques, http://satorbase.org) organise son congrès international annuel sur le thème Roman rose / Roman noir. Territoires hétérogènes de la fiction. Il s’agira de s’interroger sur les origines, les filiations et les hybridations de la littérature noire, dans ses rapports avec les motifs lyriques et amoureux (des rituels courtois du finamor à la collection Harlequin) et ses hésitations entre le genre noble et la fiction sérielle (de la novella à la pulp fiction).

Corpus engagés

Le colloque portera sur la littérature narrative des origines à nos jours, sans exclusion a priori d’époque, de genre ni de langue, avec une attention particulière aux phénomènes de récurrence constitutifs des topiques de la littérature noire et de la littérature rose ainsi qu’à la circulation des topoï d’un genre dans un autre. « Roman » est pris dans le sens très large de littérature narrative, incluant les formes versifiées, les formes brèves, les formes illustrées.

Les communications pourront, en fonction des propositions, être regroupées en ateliers thématiques.

Pour une histoire de l’hybridation romanesque ?

On peut définir la naissance européenne et l’histoire du roman comme celle d’une hybridation entre thèmes et motifs lyriques et amoureux d’une part, épiques et tragiques d’autre part. On ne parle pas encore de roman rose, ni de roman noir, qui renvoient à une littérature sérielle, commerciale, apparue en dehors des circuits de colportage du roman populaire à la fin du XVIIIe siècle. Mais, au-delà du lexique et des realia qui changent, parle-t-on toujours de la même hybridation ?

Poésie et chanson de geste, histoire tragique et nouvelle galante, réflexion morale et description des bas-fonds, révolution et fait divers, chronique mondaine et scandales de corruption… : faut-il opposer une hybridation intertextuelle et générique à une hybridation dans le réel même, motivée notamment par l’émergence de la Presse, puis des Médias comme nouveaux paradigmes de la représentation ? Ou peut-on reconstituer des fils topiques courant de part et d’autre de cette révolution réaliste, qui avait initialement conduit la SATOR à limiter son champ d’expérimentation à 1800 ?

Par ce questionnement au-delà des époques et des contextes, ce colloque constituera une tentative expérimentale pour dépasser le cloisonnement des pratiques critiques qui freinent le dialogue scientifique entre chercheurs en littérature classique et chercheurs en littérature contemporaine, et entre spécialistes des différentes aires linguistiques revendiquant une histoire et une pratique du roman. Il s’agit là d’un véritable défi théorique pour la SATOR qui, tout en restant fidèle à la continuité historique à laquelle elle s’est toujours tenue, aimerait aussi expérimenter et voir quelles questions surgissent lorsqu’on poursuit l’observation jusqu’au roman contemporain.

Le rose avec le noir

Le rose, l’idylle déterminent une galerie de personnages types, un mécano de péripéties convenues, un répertoire d’objets et de lieux. Pour le noir, un certain effet est attendu, d’explosion spectaculaire (la scène de crime) ou au contraire de réticence, de mystère1, d’angoisse vis-à-vis de ce qui échappe à la représentation. Il semble ainsi que le noir conditionne un dispositif, quand le rose structure une narration, de la première rencontre2 au dénouement.

Mais parfois c’est le contraire : par les rapports obligés qu’il pose entre les personnages, le rose instaure un dispositif fictionnel, tandis que le noir déclenche l’enquête, la rouerie, le crime : commande le déroulement d’une narration.

L’intertexte, le genre, le topos, le fait-divers sont les vecteurs de cette construction qui superpose, avec des techniques multiples, une narration et un dispositif, voire échange à vue ces fonctions. C’est cette circulation, ce jeu qu’on entreprendra ici d’étudier.

Déterritorialisation et globalisation de la fiction

Le repérage des filiations topiques qui circulent de la littérature rose à la littérature noire devrait permettre de dégager les phénomènes de déterritorialisation du topos quand ces thèmes passent d’un genre ou d’une aire culturelle dans un(e) autre. Lorsque un thème est détaché du contexte (générique, culturel, historique, social, géographique) dans lequel il a été conçu, il se désincarne en quelque sorte en topos, plus aisé à emprunter, à manipuler, à réutiliser : il se déterritorialise. Peut-on dès lors définir le topos comme un thème déterritorialisé ? Ou le topos au contraire circonscrit-il à chaque fois, conformément à son étymologie, un nouveau territoire de la fiction ?

Ce qui est en jeu dans cette interrogation, c’est la globalisation de la production littéraire, comprise non seulement comme un processus contemporain, dont le polar et le soap opera seraient en quelque sorte l’accomplissement, mais comme une tendance beaucoup plus ancienne de la fiction dont la forme roman aurait été le creuset précurseur, et le rose et le noir — la polarité à la fois réductrice et ordonnatrice.

Propositions de communications, de tables rondes et/ou de sessions thématiques

Les propositions peuvent prendre la forme d’une communication individuelle, d’une session thématique regroupant au moins 3 communications, ou d’une table ronde, sous la forme d’une présentation collective.

Communication individuelle

Les propositions pourront porter sur tel ou tel corpus, ou genre, ou réseau topique concerné par les frontières du rose et du noir. On portera particulièrement attention aux éléments de codification et aux phénomènes de brouillage, de déception de l’attente du lecteur, de circulation d’une aire culturelle dans une autre, de filiation d’une époque dans une autre.

Session thématique

Indiquer le responsable de la session, la thématique générale, les 3 propositions ou plus.

Table ronde

Indiquer le responsable de la table ronde, présenter synthétiquement le projet de recherche qu’il s’agit de présenter.

 

 

Envoyer les propositions à Stéphane Lojkine (stephane.lojkine@univ-amu.fr) et/ou à Geneviève Goubier (genevieve.goubier@univ-amu.fr)

Date limite de réception des propositions : mercredi 31 août 2016

 

Comité scientifique

Université d’Aix-Marseille (contact : prenom.nom@univ-amu.fr)

  • Geneviève Goubier et Stéphane Lojkine, Cielam
  • Claudio Milanesi, Caer
  • Pierre Kaser, Irasia
  • Jean Viviès, Lerma
  • Florence Bancaud, Echanges

 

 

1 .

Voir les colloques de 1991 sur le secret (Lisbonne) et de 1995 sur la violence (Milwaukee/Madison).

2 .

Voir le colloque de 2005 sur la rencontre (Clermont-Ferrand).

Manifestation Cielam, Appel à communication

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer