Aller au contenu principal
Maroc Fès

Pour vos agendas

Date de l'événement :
-
Lieu :
International Institute for Languages and Cultures, Fès, Maroc

- Manifestation ajournée en raison du contexte Covid -

Dans le cadre du programme de recherches externe de la MMSH labellisé par la fédération CRISIS « Initiative », intitulé « Géographies imaginaires : le voyage-prétexte comme machine à penser » et en lien avec les séminaires de Master de Lettres Modernes « Voyages imaginaires » et « Orients imaginés », le CIELAM ouvre une Ecole d'automne en mobilité sortante à Fès (Maroc), en partenariat avec l’Université de Fès et l’International Institute for Languages and Cultures (INLAC).

L’objet d’étude, le voyage imaginaire, est une expérience de pensée, qui est à la base de toute la démarche scientifique post-galiléenne. C’est par elle que se fonde notamment l’anthropologie et l’ethnologie. Ici se noue donc, de façon interdisciplinaire, une articulation essentielle aux sciences humaines, au croisement de la littérature, de l’anthropologie et des sciences. Ses espaces sont le nouveau monde, l’Orient et l’Extrême orient, et le Pacifique, qui seront explorés successivement en commençant par l’Orient, chronologiquement le premier territoire des géographies imaginaires, qui va informer ensuite tous les autres. Il s’agira d’étudier comment l’émergence d’une anthropologie à l’âge classique informe le regard contemporain, mais aussi quelles sont les limites de cette anthropologie.
Il y aurait plusieurs Orients : certains plus proches, juste de l’autre côté de la Méditerranée ; d’autres plus lointains, qui ont nécessité de longs voyages et dont on comprend, on imagine à peine les réalités ; d’autres enfin qui excèdent la possibilité même d’un voyage : orients de rêve suggérant le raffinement et des richesses insoupçonnées, orients merveilleux des mages et des fées, orients inquiétants, où les révolutions sanglantes voisinent avec les pratiques les plus barbares. Les Orients hantent la littérature occidentale, depuis l’Antiquité, avec Homère et Hérodote, et tout au long du Moyen Âge, de Marco Polo aux Croisades. Le rapport aux Orients connaît cependant une mutation décisive après la Renaissance : avec l’intensification des voyages et la mise en place progressive d’une économie mondialisée, les Orients deviennent la pierre de touche d’une pensée anthropologique polycentrée du monde. C’est cette nouvelle pensée, pré-moderne et moderne, des Orients que cette Ecole d’automne entreprendra d’explorer, une pensée que l’époque contemporaine va radicalement remettre en question.

L’équipe réunie autour de ce projet comprend des spécialistes du voyage, mais aussi des chercheurs travaillant sur d’autres formes littéraires dans la mesure où le récit de voyage peut aussi être considéré indépendamment de sa dimension littéraire : le projet s’ouvre à des ethnologues, des sociologues, des géographes, etc. Il regroupe des historiens, des littéraires et des conservateurs, sur le temps long (de l’Antiquité à l’époque contemporaine), et sur l’ensemble de l’espace méditerranéen. En analysant les différentes formes littéraires prenant le voyage comme « prétexte », le projet entend à la fois définir les raisons et les visées de cet usage et appréhender de manière réflexive le sens du voyage dans les littératures et cultures de l’espace méditerranéen. La méthode interdisciplinaire du programme promeut un dialogue des différentes disciplines représentées par les chercheurs rassemblés, spécialistes de littérature antique, de récit épique médiéval, de romans philosophiques modernes ou d’écritures migrantes contemporaines.

A voir en ligne :

Partenaires : ED 354, ED355, CAER, IRASIA, LERMA, LA3M, IREMAM, MMSH, RI ALLSH.

Type d'événement :
Manifestation Cielam

Aucune conférence n'a été associée à cet événement pour le moment.