Aller au contenu principal
Auteurs & Autrices :
  • Requemora-Gros Sylvie

Résumé :

Les textes consultés témoignent de la volonté de recherche opérée par l'auteur qui cherche à rendre crédible et vraisemblable, un archipel vrai, vu, vérifié, par une connaissance d'ordre plus ou moins scientifique à partir d'une expérience toute personnelle, souvent livresque. Certes, ici la réalité est plurielle, cette étendue de terre entourée par la mer, existe par ses toponymies reconnues, par son relief : ses côtes, son bord de mer, ses falaises, ses bancs de sable, ses rochers, son port, son détroit, sa rade, son canal. Mais l'écrivain insiste surtout sur son aspect, « déserte », « in-habitée », « écartée », à « l'abord facile », elle est « l'Inaccessible isle ». Ce choix lui permet de la présenter comme un lieu de retraite. Elle est cette terre d'asile où les héros peuvent fuir et se réfugier. Cependant, conformément aux événements historiques qu'a vécus la Méditerranée, il arrive que ces îles hospitalières soient perçues comme terre de violence 13. L'île, avec ses valeurs contraires (refuge pour les amoureux, lieu où le moi fait naufrage et se disperse, où la liberté se perd et se retrouve), occupe souvent une fonction symbolique : les perspectives qu'elle ouvre et la liberté d'invention y sont sans limites. Thème littéraire, l'île, sur laquelle les héros échouent par hasard, abolit les frontières entre réalité et spiritualité. Elle devient une terre imaginaire, un lieu – prétexte pour toutes sortes de situations : péripéties, rebondissements, rencontres fortuites, changements de destinée, décor scénique ou roma-nesque. Elle est perçue comme allégorie de l'amour, univers du merveilleux et de la mythologie…Cette multiplicité de fonctions explique peut-être pour-quoi l'île reste sous la plume des auteurs consultés, un lieu vague, indéfini, terre retirée du monde pour mieux recréer le monde. Mais gare à l'auteur – navigateur inexpérimenté qui peut y faire naufrage. Elle apparaît ainsi comme lieu des miracles où les affabulations les plus extravagantes peuvent se déchaîner. N'ouvre-t-elle pas les portes du rêve, elle laisse le champ libre à la fantaisie qui s'oppose au réel oppressant et pesant, elle est l'issue, par laquelle il est possible d'occulter les laideurs du monde afin de retrouver en d'autres lieux, bonheur et perfection. En un mot, elle devient l'univers de l'utopie…. Mais l'île s'arrêtera-t-elle un jour d'inspirer les hommes ? Bien sûr que non. Depuis le XVII e siècle, moult oeuvres littéraires et artistiques l'attestent. De Robinson Crusoé à la série à succès du film télévisé « Lost », la liste est bien longue ! 13 François Moureau (dir.), Captifs en Méditerranée, Histoires, récits et légendes, PUPS/ Coll. Imago Mundi, Paris 2008.

Type de document : Conference papers