Aller au contenu principal
Auteurs & Autrices :
  • Manzari Francesca
Mots-clés :
  • Arnaut Daniel
  • Cobla
  • Stanza
  • Trobar plus
  • Eros mélancholique
  • Dolce Stil Novo
  • Cavalcanti

Résumé :

Dans une canso qui fut célèbre au XIIIe siècle, Arnaut Daniel chantait : Dieus lo chauzitz, per cui foron assoutas • las faillidas que fetz Longis lo cecs • voilla si-l platz q'ieu e midonz jassam • en la chambra on amdui nos mandem • un rics convens don tan gran joi atendi • qe'l seu bel cors baisan rizen descobra • e qe-l remir contra-l lum de la lampa • Dieu le gracieux par qui furent pardonnées les fautes que commit Longin l'aveugle veille s'il lui plaît ma dame et moi couchés en la chambre où tous deux nous décidâmes une précieuse entrevue dont tant de joie j'attends que son beau corps j'embrasse riant découvre et regarde contre la lumière de la lampe Comme le rappelle Jacques Roubaud, dans une note à la traduction citée ci-dessus, cette cobla est importante, dans l'histoire de la poésie du XIIIe siècle, parce qu'elle demeure parmi les références de la Canzone Dottrinale sur la nature de l'amour de Guido Cavalcanti. En développant les vers d'Arnaut Daniel, Cavalcanti écrit qu'amour naît d'une émanation d'obscurité, comme le « diaphane » provient de la lumière de la lampe qui est la lampe de l'amour.

Type de document : Journal articles