Aller au contenu principal
Auteurs / Autrices :
Stéphane Lojkine
Directeur(s) / Directrice(s) de l'ouvrage :
Makki Rebai
Nbre ou N° pages :
p. 245-259
Editeur :
Imprimerie Contact, Sfax
Année :
2021
Revue, Collection, Ouvrage collectif :
La Prison, Expériences, Imaginaires & Créations
Type de production :
Article dans les actes d'un colloque
n° ISBN :
978-9973-9892-4-6
Couverture La Prison Sfax 2021

En 1962, Michel Foucault, qui vient de soutenir sa thèse, Folie et déraison : histoire de la folie à l'âge classique, publie une introduction à Rousseau juge de Jean-Jacques, le dernier grand texte autobiographique et paranoïaque du citoyen de Genève. Le thème de l’enfermement, déjà présent dans la thèse (du « grand renfermement » à « la grande peur »1), est à nouveau central ici, sous la forme de l’étouffement, de la pression et de la menace du silence dont Rousseau se décrit oppressé. Mais ce thème est désormais complètement intériorisé : il ne s’agit plus de décrire les mécanismes par lesquels une société administre ses hantises et pratique ses exclusions ; il s’agit d’une hantise de la hantise ou, autrement dit, d’un jeu entièrement virtualisé par l’écriture, opposant un espace de l’enfermement (de la persécution et de la vindicte contre les persécuteurs) à un espace de la promenade et de la rêverie. D’un côté la prison, mais une prison imaginaire, de l’autre la retraite, dont le fantasme pastoral ne se dit pas encore politique.

Entre prison et retraite, Rousseau juge de Jean-Jacques ouvre pour Michel Foucault un carrefour des possibles : d’un côté, la théorisation des dispositifs de surveillance, dans Surveiller et punir, naissance de la prison (1975) ; de l’autre la déconstruction de ces dispositifs, dans Sécurité, territoire, population (1977-1978). Nulle incohérence dans ce balancement : la machine biopolitique en devenir dont Foucault dessine les contours tout à la fois hérite de la prison des Lumières et marque son dépassement radical comme pouvoir sur la vie. On montrera ici comment cette contradiction fondatrice s’est préparée à partir de l’ambivalence et de la réversibilité historique de ces deux lieux, la prison et la retraite, dont Rousseau juge de Jean-Jacques décrit la conspiration désormais à l’œuvre…