Aller au contenu principal
Auteurs / Autrices :
Christine Marcandier
Directeur(s) / Directrice(s) de l'ouvrage :
José-Luis Diaz, Claire Barel-Moisan
Nbre ou N° pages :
197 p.
Editeur :
Christian Pirot
Année :
2006
Type de production :
Article dans les actes d'un colloque
n° ISBN :
978-2868082442
Le jeune Balzac a longtemps souffert d'une double déconsidération : celle qu'il a lui-même fait porter sur ses écrits de jeunesse, n'acceptant de reconnaître comme ses œuvres que " La Comédie humaine " et les " Contes drolatiques " ; mais aussi celle de la critique qui, à commencer par Sainte-Beuve, pose un écart absolu entre les deux Balzac : le débutant qui, sous " un dédale croisé de pseudonymes ", écrit " au hasard, à foison, sans but ni souci littéraire ", et le romancier qui construit avec " La Comédie humaine " une œuvre véritable. Entre ses premières œuvres inachevées (1818) et la publication du " Dernier Chouan " (mars 1829), cet écrivain protéiforme qu'est " Balzac avant Balzac " tente d'investir la scène littéraire en traversant tous les genres : philosophie, éloquence, roman, théâtre, critique, journalisme, polémique. Alors que ces premières réalisations n'ont souvent été envisagées que dans une perspective téléologique, comme étapes vers l'avènement du vrai Balzac, les nouvelles éditions, qui, dans les dernières décennies, ont rendu disponibles ces vastes massifs de textes permettent un nouveau regard sur ce qui apparaît désormais indéniablement comme une œuvre, qui mérite bien le travail d'exploration auquel le présent recueil souhaite contribuer. De l'enfance de Balzac, qui irradie ses couvres de jeunesse, à la question centrale de l'identité auctoriale, interrogée par plusieurs études portant notamment sur le rôle du pseudonyme dans les préfaces et les romans, les contributions ici rassemblées sillonnent les problématiques posées par des textes de nature très différente. Le genre théâtral n'est pas oublié, à travers l'étude des deux textes achevés de la période, " Cromwell " et " Le Nègre ", et l'activité dramaturgique du jeune Balzac est réinscrite dans le champ théâtral de la Restauration. Quant au genre romanesque, il est plus particulièrement abordé à travers deux thématiques : celle de la représentation des sciences dans les romans de jeunesse, et celle des apories du roman historique mises en évidence par " L'Excommunié ".