Aller au contenu principal
Auteurs / Autrices :
Catherine Mazauric
Directeur(s) / Directrice(s) de l'ouvrage :
Pierre Halen et Jacques Walter
Nbre ou N° pages :
p. 341-355
Editeur :
Université Paul-Verlaine, Metz
Année :
2007
Revue, Collection, Ouvrage collectif :
Les Langages de la mémoire – Littérature, médias et génocide au Rwanda
Type de production :
Article dans les actes d'un colloque
n° ISBN :
978-2-917403-00-6
Les langages de la mémoire

Cette communication procède de la double aporie attachée aux romans consacrés au génocide : celle de l’usurpation, faisant courir le risque que sa propre voix couvre celle des victimes, et celle de la fiction comme assertion feinte, ne pouvant prétendre rendre compte de ce réel-là, et moins encore le transposer. Cette aporie ne saurait être levée, et on ne peut que déplacer le propos, de l’écrivain et de la fiction elle-même vers le troisième terme de la communication littéraire, celui à qui tout cela s’adresse, le lecteur. Comme cela a été rappelé ici-même, le caractère imprescriptible du crime nous en rend tous témoins, aujourd’hui et demain. C’est pourquoi, en deçà des lectorats auxquels ces textes sont adressés, et des études de réception qui leur sont attachées, le lecteur dont il sera question ici est un lecteur universel, tel qu’il est postulé et institué par les textes ; non pas, dans une perspective immanentiste, le « lecteur-modèle» inscrit, mais celui que le texte construit et appelle. Il s’agit en somme de tenter de déceler en quoi et comment certaines œuvres font appel à la responsabilité du lecteur.