Aller au contenu principal
Auteurs / Autrices :
Sébastien Douchet
Valérie Naudet
Nbre ou N° pages :
142 p.
Editeur :
Presses Universitaires de Provence
Année :
2022
Revue, Collection, Ouvrage collectif :
Senefiance 67
Type de production :
Direction d'ouvrage
n° ISBN :
979-10-320-03893
photo

Ce volume d’études sur La Mort du roi Arthur recueille les communications de sept éminent·e·s spécialistes de la matière arthurienne qu’une journée d’étude a réunie·e·s  à Aix-Marseille Université les 7 et 8 janvier 2022.

Il porte un regard renouvelé sur une œuvre majeure du Moyen Âge qui irrigue depuis toujours la culture contemporaine. Les approches, variées, s’appuient sur la recherche la plus récente. Elles éclairent d’un jour neuf ce roman dont la richesse et la complexité mettent au miroir – de façon tangentielle – des questions aiguës qui se posent aux sociétés contemporaines et que met en scène La Mort du roi Arthur : comment gouverner une société en délitement ? Comment établir la justice dans un univers qui s’atomise en individualités qui ne font plus corps social ? Ce roman est un roman de la crise politique, de la crise de responsabilité humaine face à ses fautes, de la fin des sociétés.

On lira ici des études qui reprennent à nouveaux frais des dossiers majeurs tels que la construction du personnage, la structuration romanesque par la technique de l’entrelacement, la stylistique de la fin qui irrigue l’écriture du roman, l’onomastique comme outil de construction poétique de l’œuvre, les tensions entre la lettre et la voix, entre pureté de la ligne narrative et feuilletage référentiel. L’ouvrage se clôt par une mise en perspective sur l’épisode de la mort d’Arthur dans la littérature d’Angleterre.

Ont contribué à ce volume : Hélène Bouget (Université de Bretagne Occidentale), Keith Busby (Université du Wisconsin), Damien de Carné (Université de Lorraine), Adeline Duperray-Richard (Aix-Marseille Université), Christine Ferlampin-Acher (Université de Rennes 2), Danièle James-Raoul (Université Bordeaux-Montaigne), Michelle Szkilnik (Université Paris 3- Sorbonne nouvelle).