Aller au contenu principal
Auteurs / Autrices :
Michèle Gally
Directeur(s) / Directrice(s) de l'ouvrage :
Michèle Gally et Michel Jourde
Nbre ou N° pages :
203 p.
Editeur :
ENS éditions
Année :
2002
Revue, Collection, Ouvrage collectif :
Signes
Type de production :
Direction d'ouvrage
n° ISBN :
978-2902126606

Par la vue et par l'ouie : telle était une formule du serment au Moyen Âge. Les deux sens supérieurs, complémentaires ou rivaux, n'ont cessé, depuis l'Antiquité, d'échanger leurs prérogatives. Ils ont en commun, en effet, d'abolir la distance tout en la désignant : à la différence des organes de la préhension, l'œil et l'oreille saisissent ce qui n'est pas immédiatement là, l'image réfléchie dans le miroir des yeux, le son qui traverse l'espace. En revanche, ils pourront être valorisés alternativement, selon qu'on accorde le privilège à l'image et au spectacle ou à la parole et à l'harmonie musicale comme réceptacle de la vérité et de la beauté. La vue et l'ouïe, dans leur complémentarité ou leur rivalité, organisent ainsi la circulation de sens dans le monde : à la fois communication au sein de la société humaine et reconnaissance ou création de signes émanant d'une réalité supérieure, Dieu communiquant avec les hommes à travers les corps qu'il leur a donnés. Toute production du texte, parce qu'elle peut choisir de s'orienter vers la lecture ou vers l'audition, ou encore vers le spectacle qui s'offre en même temps aux yeux et aux oreilles, sera amenée à privilégier tel ou tel de ces modèles, telle ou telle de ces définitions du signe, et en proposera une nouvelle élaboration. Ce travail collectif a donc cherché à considérer comment les fictions du Moyen Âge et de la Renaissance - poésie, théâtre, narration - posaient la question de la vue et de l'ouïe, comment le discours sur ces sens était porteur d'un discours sur la création poétique, et comment à la littera qui thématise ce discours se superposait une sententia qui pouvait rejoindre, avec ses formulations propres, des interrogations théologiques, esthétiques, rhétoriques ou politiques.